vendredi 25 novembre 2016

Du chaos au cosmos


video


Les nautes dionysiaques
qui naviguèrent sur la Seine,
armateurs de navires et barques,
mariniers draguant leurs sennes,
commerçants dont le fleuve est scène,
navigateurs trouvant un havre ici,
une étape où l’on dîne et cène
et où l’on déjeune aussi,
tant et tous Gaulois parisis
sis en ce lieu insulaire
établis en leur bel abris
contemplèrent la belle et vaste aire
que – aux nymphatiques mystères
de la fille de Dionysos
Séquana – tous, ils consacrèrent…
Ces rives d’où se lève Éos,
pour annoncer que Hélios
éclaire les vastes parages
menant jusqu’à Océanos
s’appellent La vie sauvage
et ont plus de vingt siècles d’âge.
 Les nautes portèrent leurs regards,
jusqu’aux confins de ces rivages,
qu’ils confièrent aux nobles égards
protecteurs de leurs divers arts
de la noble Séquana, qui
de ce trop vaste territoire
et trop rapidement acquis,
au détriment d’autres, conquis :
– pour Isara, et à ses eaux
où les nautes portaient conflit ;
– Item d’Icona : les îlots,
en aval d’elle, furent féaux.
 Les vigoureuses eaux de l’Yonne
qu’après Oise, Seine, oripeaux
des nymphes spoliées, passionne
– à travers leurs déesses-lionnes –
les simples mortels qui vénèrent
tous nymphes, sylvains et faunes,
très sagement se demandèrent
« de qui les eaux coulent jusqu’en mer ?
À qui l’artère, à qui la veine ? »
le limbe, la trouble frontière
entre les terres de nos reines,
imperceptible, attise leur haine…
 Pour réconcilier déesses,
les nautes gaulois furent en peine.
« Où est le bord ? Mais où donc cesse
les vives eaux de nos princesses ? ».
Faillant à leur tâche, presque occis
pour maintenir au loin Arès
leurs mânes apparaissent aujourd’hui
aux bons sauvages qui sont conduits,
ores, enjoints à cette pénible
quête de la vue, de l’ouïe,
et de toucher l’imperceptible
bord pour répondre la plausible
réponse au questionnement
qui leur reste incompréhensible
et dépassant vaillamment
ce très antique affrontement.

mercredi 27 avril 2016

Soirée de lancement de Tout

du
jeudi 28 avril
au
mardi 10 mai
 2016
exposition
Tout

à la galerie-librairie du
Pied de biche
86, rue de Charonne

jeudi 28 avril 2016
de 19 heures à 22 heures
soirée de lancement et vernissage de

Vous y trouverez les dessins originaux ainsi que leurs auteurs vous permettant de Vivre sans Dieu grâce à Dav Guedin · Créer un rite grâce à Eloïse Guisiano · Provoquer l'amour grâce à Anne-Hélène Dubray · Ouvrir une bouteille de vin grâce à Magali Dulain · Rajeunir un hortensia grâce à Gabriel Quesnel · Avoir la main heureuse avec un melon grâce à Zoé Pollard · Faire sans coiffeur grâce à Simon Fusté de Bona et enfin de Baiser en bonne société grâce à votre très humble et très dévoué serviteur.

mercredi 6 avril 2016

Salon de l'estampe Impression 2016 à Barbizon.


Le salon Impression 2016 réunit à Barbizon cinq centaines d'estampes bucoliques d'Alexandre Baldo, Livio Ceschin, Jeanne Clauteau, Isabelle de Font-Réaulx, Vitali Gubarev, Nicole Guezou, François Houtin, Iffic, Ikuta Koji, Claire Illouz, Anna Jeretic, Mikhail Kocheshkov, Astrid de La Forest, Dominique Le Page, Françoise Leroy Garioud, Abderrahmane Mada, Maurice Maillard, Jean-Michel Mathieu-Marie, Jacques Meunier, Nakajima Tsuzen, Juan de Nubes, Isabelle Panaud, Tony Pecoraro, Brigitte Perol-Schneider, Anne-Sophie Runel-Belliard, Juliana Salmon, Marjan Seyedin, Zarco Smiljanic, Véronique Sustrac, Serge Terzakian, Bijana Vukovic, Watanabe Mikio, Safet Zec et de moi-même.

Impressions 2016
l'estampe à Barbizon


à l'espace culturel Marc-Jacquet
place Marc-Jacquet
77630 BARBIZON


Du jeudi 7 au jeudi 21 avril
de 14 heures à 19 heures.

Vernissage le jeudi 7 avril
de 18 heures à 21 heures.

Depuis la gare de Melun (RER D), prendre l'autobus ligne 9

à 17 h 50, 18 h 20, 18 h 50 et 19 h 40.

samedi 9 janvier 2016

Cachet de la poste faisant foi

Je participe plus qu'humblement à l'exposition collective Cachet de la poste faisant foi et serai ce mardi à la villa Mallet-Stevens.





CACHET DE LA POSTE FAISANT FOI
 

exposition collective
à la
fondation Hippocrène
villa Mallet-Stevens

12, rue Mallet-Stevens
75016 PARIS
station Ranelagh (ligne 9)

 du lundi 11 au lundi 25 janvier 2016
tous les jours de 14 heures à 20 heures.

vernissage le mardi 12 janvier à partir de 18 heures
commissariat : Valentine Busquet

www.art4eu.net

mardi 5 mai 2015

Soirée de lancement du numéro Bout d'ficelle de la revue Jef Klak.



Jef Klak, revue de critique sociale et d'expériences littéraires pour laquelle j'ai réalisé avec Yann Bagot quelques illustrations en carte à gratter, vous invite le jeudi 21 mai à partir de 19 heures à la fête de lancement de son second opus qui aura lieu à la Petite Maison (8, rue Godefroy-Cavaignac – station Charonne ou Voltaire)

 

mardi 17 mars 2015

Furia dei furetti : une chasse aux conils dans les garennes

© Elodie Henaff / Chemins du patrimoine en Finistère
Illustrations : Camille Chevrillon / Le Musée de la chasse et de la nature

connil, conil, [kɔnil], substantif masculin,
Vieux, littéraire, lapin. Du latin cvnicvlvs de même sens, mot d'origine ibérique selon Pline (voir Ernout-Meillet).

Je connais un autre connin
Que tout vivant je voudrais prendre.
Sa garenne est parmi le thym
Des vallons du pays de Tendre


Apollinaire, Le Bestiaire, Le Lapin, 1911, page 11.



Furia dei Furetti : une chasse aux conils dans les garennes, le court métrage d'animation que nous réalisâmes Anaïs Caura et moi, est diffusé avec les sept autres de sa série à l'occasion du colloque Exposer la chasse et en parallèle à l'exposition Les Chasses nouvelles au Musée de la chasse et de la nature. Vous les débusquerez également au château de Kerjean dans le cadre de l'exposition Chasseurs sachant chasser : les chasses seigneuriales au xvie siècle.



La chasse seigneuriale est l’un des « plaisirs des champs » 
réservé aux détenteurs de privilèges. [...] [E]lle n’a pas le caractère protocolaire et fastueux des chasses royales. Elle garde un caractère utilitaire, qu’il s’agisse de protéger les récoltes et les troupeaux ou de garnir les tables en venaison. De nombreuses pratiques cynégétiques sont alors en usage. Certaines d’entre elles, comme les techniques de piégeage, n’ont plus cours aujourd’hui ou sont assimilées au braconnage.
Au xvie siècle, le mot de garenne s'applique à des espaces le plus souvent boisés servant à la multiplication des lapins. [...] Ces endroits avaient une fonction économique, mais aussi une connotation de prestige pour les seigneurs, selon l’état de leur peuplement et la gestion des ressources. [...] [L]e lapin s’[y] attrape plus qu’il ne se chasse. [il] est synonyme de prolifération, de pullulement. Sa population doit être maîtrisée afin d’éviter des dégâts sur les cultures...


En parallèle aux Chasses nouvelles
du mardi 17 mars au dimanche 14 juin 2015
diffusion des films d'animation au salon de compagnie
Musée de la chasse et de la nature
62, rue des Archives
75003 PARIS
du mardi au dimanche, de 11 heures à 18 heures
nocturnes les mercredis jusqu'à 21 h 30

http://www.chassenature.org/fr/le-musee/les-expositions/les-chasses-nouvelles

Chasseurs sachant chasser : les chasses seigneuriales au xvie siècle
du samedi 28 mars au dimanche 1er novembre 2015
Château de Kerjean
29440 SAINT-VOUGAY (Finistère)
du mercredi au lundi, de 14 heures à 17 h 30
ouvert les mardis du 1er juillet au 31 août, de 14 heures à 18 h 30

http://www.cdp29.fr/fr/agenda/view/221/chasseur-sachant-chasser/

dimanche 28 septembre 2014

Neuvième triennale mondiale de l'estampe et de la gravure originale.


J'expose avec Anaïs Caura une vingtaine d'estampes dans le cadre de la IXe triennale mondiale de l'estampe et de la gravure originale à La Chose typo de Clermont-Ferrand. Je serai présent à la Chose typo la journée du samedi 11 et celle du samedi 18 octobre 2014.
En l’an de grâce 2007, Anaïs-Marthe Caura découvre et explore l’atelier de gravure de l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Elle y trouve, entre deux presses, enseveli sous les encres grasses et les tarlatanes, l’aimable Hyacinthus qui occupe les lieux depuis une année. Elle jouait d’un bois depuis sa tendre enfance, une clarinette, elle découvre à présent qu’elle peut aussi le graver. Il jouait d’un cuivre depuis deux ans, le trombone, il le grave également et en fera son grand projet de diplôme.
À peine sorti de l’École, Hyacinthus taille et mord ses matrices sous les toits de zinc parisiens. Anaïs, morte de froid, se réchauffait au Canada français au moyen de pièces de bois qu’elle ne daignait épargner du bûcher qu’afin de pouvoir les tailler. À Paris ou à Montréal, tout deux sont pris de fièvres tropicales et c’est au gré de leurs pérégrinations oniriques que pour la première fois ils atteignent et débarquent en ces territoires fabuleux. C’est en ces contrées qui se confondent et se sur-impriment que tous deux se retrouvent.
Elle en taille d’épargne, lui en taille-douce, Anaïs et Hyacinthus documentent méthodiquement et minutieusement ces terres nouvelles, leurs jungles luxuriantes, leurs abysses infinis ainsi que de la faune et de la flore qui les habitent.
Hier à Rio de Janeiro et à Montréal, très bientôt à Clermont-Ferrand, ces nouveaux explorateurs présentent leur fond documentaire afin de faire connaître et protéger ces contrées merveilleuses où la main de l’homme n’y a jamais mis le pied.


Du samedi 11 octobre au jeudi 20 novembre 2014
du mercredi au samedi, de 14 heures à 19 heures

Vernissages
triennale : samedi 11 octobre.
exposition : samedi 18 octobre.

La Chose typo
16 bis, rue du Port
63000 CLERMONT-FERRAND
www.lachosetypo.com

Triennale mondiale de l'estampe et de la gravure originale
http://www.mondialestampe.com